Comment et pourquoi le train est né à l’île Maurice ?

Dans cet article, nous retraçons la naissance du train à l’île Maurice.

Comme la plupart des touristes et voyageurs étrangers, et comme la majorité de la jeune génération mauricienne, on constate qu’il n’existe aucun train en circulation sur aucune des îles de la République de Maurice.

Pourtant, il fut un temps où le train était présent sur l’île Maurice. C’est de l’histoire ferroviaire de l’île Maurice dont je souhaite vous partager aujourd’hui dans cet article.

Les origines du transport ferroviaire à l’île Maurice

Au début du 19 ème siècle, alors que l’Isle de France vient de traverser un siècle de colonisation française, Napoléon 1er cède l’île aux Britanniques suite au débarquement offensif et massif des 10 000 soldats anglais venant de l’île Rodrigues pour conquérir les terres mauriciennes.

A cette époque, l’île Maurice est un territoire agricole très riche en production et transformation de la canne à sucre. Les 262 établissements sucriers de l’île produisaient assez pour ravitailler l’ensemble des navires marchands de la Compagnie des Indes Orientales et nourrir les peuples de toutes les îles des Mascareignes. L’arrivée des Anglais au pouvoir sur la colonie ne changea rien à la production et aux exportations de sucre qui, au lieu de régresser, ne cessèrent de monter en flèche d’années en années.

 

C’est à la moitié du 19ème siècle que les principaux dirigeants des industries sucrières de l’île sont obligés de réagir face aux importantes difficultés que rencontrent les transporteurs. Ces derniers sont chargés de convoyer annuellement plus de 125 000 tonnes de sucre des moulins jusqu’à Port-Louis. Rappelons qu’à cette époque, l’exportation du sucre était concentrée au moyen d’un réseau de charrettes tirées par des ânes et chevaux le long des sentiers cahoteux.

La première ligne ferroviaire dédiée au transport du sucre

En 1856, sous la demande des dirigeants sucriers, un membre de la Chambre d’Agriculture soumet un plan relatif à l’aménagement d’un chemin de fer au Secrétaire d’État à Londres. Ce dernier  le fit parvenir au gouverneur de la Colonie, Sir James Higginson. Les travaux appréciés par le Gouverneur qui demanda leur prise en charge par le gouvernement britannique furent acceptés par ces derniers.

Le train sillonnait des hectares de champs de cannes Crédits photographie : Nicolas Cucchietti – Lic. CC-BY-SA

C’est ainsi que débutèrent en 1862 la construction de deux lignes qui furent inaugurées en 1864 et 1865 pour transporter par voie ferroviaire les tonnes de sucre produites par les usines de Mapou et de Mahébourg vers la ville portuaire.

Du transport de marchandises au transport de passagers

L’achèvement total des travaux du réseau de train à l’île Maurice fut prononcé lors de l’inauguration de la dernière ligne qui rejoignit Terre-Rouge et Montagne Longue en 1904. Les travaux ont ainsi perduré sur une période totale de 40 ans.

Durant toute cette période, les convois ferroviaires soulagèrent les nombreux ravitaillements effectués auparavant par traction animale, jusqu’à ce que ceux-ci disparurent définitivement du processus de transport. Le temps gagné aux convoyages contribua grandement à la multiplication de ces derniers, réduisant ainsi les temps d’exportations du sucre tant à l’extérieur, qu’à l’intérieur du pays. Le développement économique par la canne à sucre fut à son apogée, rivalisant avec les grands territoires sucriers comme l’Inde britannique et l’État Brésilien.

train
Crédits photographie : Le Mauricien

Le succès du transport ferroviaire des marchandises incita les autorités à ouvrir les voies au transport de passagers.

Dès l’ouverture des lignes ferroviaires aux passagers, il devint courant pour les populations de se déplacer en train. Ceux-ci pouvaient relier Mahébourg à Port-Louis en moins de deux heures. Ce qui fut à l’époque une véritable évolution.

Cependant, l’apparition de transports économiques et plus convenables affecteront négativement les frais d’opération du train à vapeur fonctionnant au charbon. Combustible fossile qui, rappelons-le, était importé sur les terres mauriciennes.

Mais ça, c’est une autre histoire que je vous invite à découvrir ici : Pourquoi il n’y a plus de train à Maurice ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.