Mais qui sont ces personnages sur les billets de Maurice ?

Dans cet article, je vous présente les personnalités mauriciennes qui figurent sur les billets de Maurice.

Avant toute chose, rappelons que la roupie mauricienne est la devise monétaire de Maurice. Celle-ci a été créée au cours de la période britannique à la suite de la dissolution de la Compagnie commerciale des Indes Orientales. (Pour en savoir plus, lisez l’article La colonie britannique pour un rappel de cette période de l’histoire sur l’archipel des Mascareignes).

Comme auprès de tous les automates bancaires à travers le monde, les automates de Maurice (appelées régulièrement ATM pour Automated teller machine qui signifie Guichet automatique bancaire) distribuent des billets. Or, il existe 7 dénominations de billets en roupies mauriciennes (Rs), et sur chaque dénomination de billets figurent le portrait d’un personnage.

Ne vous êtes-vous jamais demandé qui sont ces personnages qui y figurent sur les faces de ces billets ? Lorsque j’ai fait cette découverte et que j’en ai parlé à mon entourage, peu de personnes avaient été en mesure de me répondre en particulier pour les billets de moindre valeur (25, 50, 100 et 200 rs).

« Mais qui sont ces personnages sur les billets de Maurice ? Si leurs portraits figurent sur de l’argent national, c’est qu’ils ont forcément accompli quelque chose de grandiose pour les Mauriciens et leur nation » me suis-je affirmé à moi-même. 🙄

C’est donc ici que je me suis contenté de vous faire la synthèse de mes recherches :

Billet de 25 roupies
Billet de 25 roupies

Sir Jean Etienne Moi Lin Ah Chuen

C’est en 1887 que la famille de Sir Jean Etienne Ah-Chuen immigra à l’île Maurice.
Issu des contrées de Guangdong dans le Sud-Est de la Chine, Sir Ah-Chuen fut le second fils de la famille et travailla dur au sein de l’épicerie de son père The Mount Sugar Estate avant de créer sa propre entreprise commerciale nommée ABC Store qu’il établit au 18 Queen Street dans le centre de la capitale Port-Louis. Il se construit une très bonne réputation et réalisa ses propres importations de produits alimentaires provenant de l’île Maurice. Parrallèlement à son activité commerciale, Sir Ah-Chuen contribua activement au sein de la communauté chinoise, minoritaire à Maurice : il fut le plus jeune président de la Chambre de Commerce de Chine, co-fonda le quotidien The Chinese Daily News, et s’impliqua dans le corps de défense chinois au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Grâce à ces initiatives qui furent reconnus par le British Colonial Government qui dirigeait la colonie, on le désigna en 1948 pour siéger au Conseil législatif afin d’y représenter la communauté chinoise.
Lorsque Maurice obtient l’indépendance en 1968, Sir Ah-Chuen fut désigné Ministre par Sir Seewoosagur Ramgoolam, le premier Premier Ministre de la nation. Ainsi, ses connexions qu’il avait établit au cours de sa jeunesse avec Hong-Kong et Taïwan lui permirent de contribuer significativement au succès de la fondation de la Zone d’Exportation Textile de Maurice qui créa plus de 60,000 emplois à travers le pays.
En 1980, Jean Etienne Moi Lin Ah-Chuen fut sacré Chevalier par la reine Elizabeth II au Buckingham Palace en récompense de ses 28 années de représentation du peuple à l’Assemblée Législative de Maurice.
A son décès, il laissa comme plus grand héritage historique, sa première entreprise qui siège toujours au 18 Queen Street à Port-Louis.

Billet de 50 Roupies
Billet de 50 roupies

Sir Joseph Maurice Paturau

Fils d’un père ingénieur d’origine française, Joseph Paturau naquit à Saint-Pierre à l’île Maurice en 1916. Il fit se premières études à Maurice avant de s’envoler pour l’Angleterre afin d’y préparer son diplôme d’ingénieur qu’il obtint en 1939. La déclaration de la guerre à l’Allemagne fit qu’il fut affecté à la base aérienne de Bordeaux jusqu’à l’armistice prononcée par le Maréchal Pétain. Désirant rejoindre les Forces françaises libres en Angleterre, il fuit la France pour le Maroc et l’Espagne avant de gagner les îles Britanniques. Son affectation au sein de l’unité aérienne de bombardement Lorraine l’amena à effectuer 36 missions de guerre sur Blenheim, suivi de plusieurs missions de surveillance des côtes de Méditerranée en Syrie.
A la fin de la guerre, Joseph Paturau est désigné adjoint de l’attaché militaire Air à Londres pendant 1 an avant de retourner à l’île Maurice. De 1947 à 1962, il fut PDG des Forges Tardieu à port-Louis et siégea de nombreuses années à la Chambre d’agriculture. En 1962, il quitta son poste de PDG pour être désigné Ministre de l’Industrie et du Commerce du British Colonial Government.
Enfin, il devient président et directeur du Joint Economic Comittee, un bureau de coordination économique du secteur privé à Port-Louis.
Il décéda en 1996 dans son village natal où il est inhumé.

Billet de 100 roupies
Billet de 100 roupies

Sir Renganaden Seeneevassen

Renganaden Seeneevassen naquit à Port-Louis en 1910.
Il dévoua tout son énergie au service des précaires et intouchables. Renganaden intégra le Royal College de Curepipe en 1921 et devint lauréat HSC en 1929. Il fut amené très tôt à s’intéresser à la politique de part ses études de droit qu’il effectua au London School of Economics. C’est là-bas qu’il rencontra de nombreux hommes politiques de toutes étiquettes. Diplomé Avocat en 1940, il retourna à Maurice pour devenir conseiller
du Conseil Municipal de Port-Louis. En 1944, il est nommé député à l’Assemblée Législative de Maurice, ce qui l’amena à intégrer le Parti travailliste. En 1955, aux côtés de Sir Seewoosagur Ramgoolam, il participa aux délibérations pour les réformes constitutionnelles de Maurice à Londres où il proposa l’instauration du suffrage universel qui fut accepté. On lui confia le portefeuille de l’éducation avant qu’il décède en 1958 le jour de la Fête Dieu.

Billet de 200 roupies
Billet de 200 roupies

Sir Abdool Razack Mohamed

Né en 1906 à Calcutta en Inde, nous ne savons rien de la vie de Sir Abdool Razack Mohamed
avant qu’il ne fut désigné Maire de Port-Louis en 1949. Il servit de nombreux postes politiques
à Maurice dont celui de député-Premier Ministre, Ministre du Développement Territorial et Ministre de la Sécurité Sociale entre 1967 et 1976. Il a œuvré pour l’indépendance aux côtés de Sir Seewoosagur Ramgoolam. Il fut leader du Parti du Comité d’Action Musulman et fut celui qui eut l’idée première du drapeau national de la République de Maurice (lire l’article Le drapeau mauricien).
Certains descendants de Abdool Razack Mohamed ont œuvré pour la politique à Maurice après son décès à Rose-Hill en 1978.

Billet de 500 roupies
Billet de 500 roupies

Sookdeo Bissoondoyal

Sookdeo Bissoondoyal naquit en 1908 à Tyack, un petit village du Sud de l’île Maurice .
Il entreprit des études dans l’éducation avant de devenir instituteur de 1923 à 1945. Intéressé en 1946 par la politique, il fut élit au Conseil législatif de Grand-Port-Savanne où il y consacra 10 ans de sa vie. A la fin de son deuxième mandat en 1958, il fonda le parti Independent Forward Block (comprendre Groupe pour l’Indépendance) grâce auquel qui obtient 6 sièges au Conseil législatif de Rose-Belle en 1959. Il fut ainsi désigné Ministre du Gouvernement Local et des Mouvements coopératifs.En 1967, à la veille de l’indépendance de Maurice, son parti proposa une alliance avec le Parti travailliste de Sir Seewoosagur Ramgoolam grâce à laquelle il fut réélu au Conseil législatif
de Rose-Belle qui fusionna avec celui de Grand-Port pour devenir le District de Rose-Belle Vieux-Grand-Port. Déchu par le Conseil des Ministres
au lendemain de l’indépendance, Sookdeo Bissoondoyal et son parti abandonna son poste de Ministre des Mouvements coopératifs pour devenir Leader de l’Opposition en 1969. Il décéda en 1977.

Billet de 1000 roupies
Billet de 1000 roupies

 Sir Charles Gaëtan Duval

Sir Charles Gaëtan Duval naquit à Rose-Hill en 1930. Fils de fonctionnaire d’origine française, il intégre le Royal College de Curepipe avant d’étudier le droit à l’Université de Paris. A son retour, il intégre le mouvement politique mauricien dans la volonté d’intégrer l’île Maurice comme entité du Royaume-Uni, c’est ainsi que naît le Parti Mauricien Social-Démocrate. Au lendemain de
l’indépendance, il devient le premier Maire de Port-Louis. Considéré comme un brillant avocat, il occupe divers postes de ministres dans
les gouvernements de Sir Seewoosagur Ramgoolam et Sir Anerood Jugnauth.
Il contribua grandement au développement du secteur textile et touristique de Maurice
dans les années 1980, et a entretenu de très bonnes relations avec la France avant de décéder en 1996. Ses deux fils sont aujourd’hui leaders du Parti créé par leur père.

Billets de 2000 roupies
Billets de 2000 roupies (les plus rares)

Sir Seewoosagur Ramgoolam

Né en 1900, Sir Seewoosagur Ramgoolam est issu d’une famille indienne. Il part effectuer des études de médecine à Londres en 1921 où il y rencontre
de nombreux personnalités indiennes qui l’inspire à intégrer le mouvement indépendantiste des colonies britanniques. Lorsqu’il rentre à Maurice en 1935, il fonda le Parti de l’indépendance qui se rapprocha du British Colonial Government afin d’y
apporter des améliorations en terme législatif sur les terres mauriciennes. En 1961, il est désigné Premier Ministre de Maurice par la Couronne d’Angleterre, c’est durant cette période qu’il réalisera des alliances afin de demander solennellement l’indépendance de Maurice envers l’Angleterre en 1967. Au lendemain de sa victoire, son Parti devient Parti travailliste et Sir Seewoosagur Ramgoolam est considéré par le peuple mauricien comme étant le « père de la Nation ». Il est élu Premier Ministre de l’État de Maurice par ses électeurs, membre du Conseil de la Reine puis gouverneur général de Maurice
par Elizabeth II, fonction qu’il assure jusqu’à sa mort en 1985. Son fils, Navin Ramgoolam fut élit Premier Ministre de 1995 à 2000 et de 2005 à 2014. (lire aussi l’Indépendance de Maurice)

Et voilà ! Vous savez tout sur les billets de Maurice, sur ces personnages qui ont apportés leur part dans le développement d’une Nation exemplaire en matière de fraternité religieuse et ethnique. 😀

2 réactions sur “ Mais qui sont ces personnages sur les billets de Maurice ? ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez mon article récent : je souhaite que l'auteur de ce blog le lise.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.