Histoire de l’Ile Maurice : la colonie britannique et l’immigration indienne

NB : Cet article est le quatrième de la série Histoire Ile Maurice. Retrouvez les trois premiers articles en cliquant ici, ici et ici.

Vous allez découvrir l’histoire de l’Ile Maurice lorsqu’elle était sous emprise britannique.

Mauritius fut annexé au Royaume-Uni en 1814 de part le traité de Paris qui officialise la cession à l’Angleterre de l’Isle de France, de Rodrigues et des Seychelles. La France conserve l’île Bourbon (actuelle Ile de la Réunion).

Paradoxalement, les Anglais autorisent les Franco-Mauriciens à rester sur l’île.

blog-ile-maurice, colonie britannique, mauritius, ile maurice, histoire de l'ile maurice
Robert Townsend Farquhar

Le premier gouverneur anglais de Mauritius, Robert Farquhar, va même jusqu’à préserver une bonne partie de l’héritage culturel français. Ainsi, le créole mauricien s’enseigne et se propage à travers l’île et devient en l’espace de quelques décennies la langue la plus parlée par les Franco-Mauriciens et esclaves. En abrogeant les lois de la navigation (« navigation laws« ) qui réglementaient strictement les relations commerciales hors Angleterre, et en insérant le sucre mauricien au même taux que celui des Antilles anglaises, une classe nouvelle va supplanter celle des commerçants et des « bourgeois de marine » de la période française, ce sont les sucriers et entrepreneurs qui vont profiter de leurs terres pour axer le développement de l’île sur une économie de plantation. Cette période fut décisive, l’Angleterre fit le choix d’abandonner la mer pour le sucre.

Mauritius connaît un essor certain tout au long du XIXème siècle : le réseau routier s’étoffe, le libre commerce prend de l’ampleur, notamment avec l’Inde et l’Australie, et la culture de la canne à sucre atteint son apogée. Vers 1850, on ne recense pas moins de 250 sucreries qui produisent 100 000 tonnes de sucre et dressent leurs cheminées dans la campagne mauricienne.

Le 1er février 1835 est célébrée l’abolition définitive de l’esclavage qui marque un tournant majeur dans l’histoire de l’Ile Maurice. L’affranchissement des esclaves africains et malgaches, qui composent plus des deux tiers de la population totale, pose le problème de l’exploitation du sol. Qui va cultiver les terres ? Les affranchis préférant vivre de peu plutôt que de trimer sur les plantations pour des salaires de misère, on décide de recruter des « travailleurs sous contrat » en Inde. La date anniversaire retenue est le 2 novembre.

blog-ile-maurice, aapravasi ghat, mauritius, ile maurice, histoire de l'ile maurice
Aapravasi Ghat, dépôt d’immigration des travailleurs sous contrat, patrimoine mondial de l’UNESCO

Mauritius fut la première colonie à faire l’expérience de la main d’oeuvre indienne par contrat. De 1835 jusqu’à la suspension de l’immigration en 1909, ils sont 450 000 à débarquer, des rêves de richesses plein la tête, sur les marches de l’Aapravasi Ghat à Port-Louis. Mais leur désillusion sera à la mesure de leur espoir. Dans un premier temps, avant que les autorités se décident à dépêcher une enquête chargée d’examiner les travailleurs, les planteurs et les fabricants de sucre  en 1872, ces immigrés sont parqués dans des camps sur les domaines sucriers et guère mieux traités que les esclaves qu’ils ont remplacés. Au fil des années, ils arriveront néanmoins à s’organiser et, petit à petit, après avoir rempli leur « contrat », ils acquerront des terres pour devenir petits planteurs.

La seconde moitié du XIXème siècle est difficile. Le cours du sucre de canne est concurrencé par celui de la betterave européenne. Des cyclones et des incendies ravagent l’île. En 1866 et 1868, deux épidémies de choléra et de malaria emporte plus de la moitié de la population de Port-Louis. Les conséquences sont lourdes pour l’industrie sucrière : morcellement des domaines après décès, regroupement des usines sucrières pour une meilleure production… En 1869, malgré la liaison entre Mauritius et l’Europe par télégraphe, l’ouverture du Canal du Suez compromet le rôle stratégique des Mascareignes dans le commerce maritime entre l’Europe et l’Asie. La pauvreté s’accroît et beaucoup de gens émigrent vers Madagascar, l’Australie ou l’Afrique du Sud.

La Première Guerre Mondiale éclate en Europe en 1914, et Mauritius n’est pas épargnée par la chute des échanges internationaux qui accélère le déclin économique de la colonie. Les Anglais de la métropole ordonne le rassemblement des affranchis et indiens pour combattre l’ennemie allemande sur le front. De nombreux hommes perdront la vie, accentuant la colère des habitants de Mauritius.

Peu à peu, un mouvement va se créer pour mettre fin à la souveraineté britannique, c’est le début de l’accession à l’indépendance. Mais ça, c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez mon article récent : je souhaite que l'auteur de ce blog le lise.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.